Alors qu’Internet et les bases de données sont désormais omniprésentes dans notre société, de nombreuses cyber-communautés de hackers se sont formées afin de combattre avec leurs compétences en informatique ceux qui leur paraissent outrepasser leurs droits. Petit décryptage du mouvement « hacktiviste » qui bouleverse les tendances.

Anonymous : les plus célèbres

anonymousDepuis 2003, les Anonymous recueillent régulièrement l’attention des médias. Cette communauté, née sur le site de discussion 4chan a su se faire connaître avec des actions d’envergure et des positionnements politiques prônant la liberté d’expression. Leur symbole ? Le masque de Guy Fawkes, un militant du XVIIe siècle dont le visage a servi de modèle pour le fameux masque du film « V pour Vendetta ». Grands défenseurs de l’anonymat de leurs membres, les Anonymous se rejoignent sous le slogan : « Nous sommes anonymes. Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Attendez-vous à nous« .

Leurs hacking les plus marquants

Les Anonymous sont particulièrement connus pour les nombreuses attaques de sites dont ils interrompent le fonctionnement grâce à un procédé appelé « déni de service ». Ce procédé consiste en un envoi gigantesque de requêtes à un site web afin de le surcharger et de forcer son dysfonctionnement.

La liste de ceux qui ont attiré l’attention des Anonymous ne cesse de s’allonger. Parmi eux, on peut ainsi retrouver des sites bancaires, Paypal, Amazon, l’Église de Scientologie mais aussi les sites de partisans des mouvements terroristes.

Mais les Anonymous peuvent aussi s’adonner à des actions plus construites et même, certaines fois, drôles. En novembre 2015, un site partisan de l’État Islamique a vu sa page d’accueil modifiée. À la place des contenus habituels, les internautes pouvaient découvrir une publicité vantant l’efficacité de comprimés contre l’impuissance et la dépression, le tout accompagné d’une légende « Détendez-vous ».

Le groupe est, à ce jour, toujours en activité.

Lulzsec : l’humour comme arme

lulzsecBien souvent vu comme le petit frère d’Anonymous, le groupe Lulzsec a eu une existence aussi courte que médiatisée. Il n’a existé que de mai 2011 à mars 2012 mais a porté avec lui un renouveau des dynamiques d’hacktivisme, mêlant habilement compétences techniques et humour féroce.

Ils vont ainsi se faire de nombreux ennemis en attaquant aussi bien de grandes entreprises technologiques comme Sony, Nintendo ou EA mais aussi des institutions du gouvernement américain.

Leurs hacking les plus marquants

La spécialité des Lulzsec est de relever et d’exploiter les failles de sécurité des grandes entreprises censées protéger les données de ses utilisateurs. Ils ont ainsi fait fuiter les identifiants et mots de passe des comptes utilisateur du serveur Battlefield Heroes géré par le créateur de jeux vidéos EA.

Rejoignant le mouvement plus global de soutien du mouvement Wikileaks, le groupe s’est aussi mesuré au réseau de télévision américain Public Broadcasting Service qui avait, selon lui, mal couvert l’affaire Wikileaks. Leur punition ? Les Lulzsec ont intégré dans le flux de nouvelles un article expliquant que le rappeur Tuppac était toujours en vie et heureux dans une petite maison au fin fond de la Nouvelle Zélande. Assez pour décrédibiliser le média pendant quelques heures.

Le groupe a été dissolu alors qu’une réelle chasse à l’homme a eu lieu. Rien de moins que Scotland Yard, la CIA, le FBI et de nombreuses communautés se sont lancés à la poursuite de ces hacktivistes afin de révéler leur identité et leur faire arrêter leurs attaques. Les membres fondateurs du mouvement sont très rapidement arrêtés, laissant un seul message derrière eux : « On ne peut pas arrêter une idée ».

Source : 

Anonymous pirate un site de Daesh et remplace la propagande par une pub pour le viagra – RT

The 10 Craziest Hacks Done By Anonymous – Complex

PBS, hacked, says Tupac is still alive – CNET