L’hoverboard a été le produit phare de la fin d’année 2015. Cette planche motorisée, composée de deux roues latérales, peut se définir comme un mélange entre une trottinette électrique et une planche à roulettes. Comment fonctionne-t-elle ? Pour avancer, tourner ou encore reculer, il suffit d’orienter la force de son poids vers l’avant, sur les côtés ou en arrière. Tout est une question d’équilibre et de stabilité.

Vous l’aurez compris, l’hoverboard n’est donc pas une planche en lévitation au grand dam des nostalgiques de « Retour vers le Futur 2 » qui devront encore patienter quelques années supplémentaires.

Malgré son succès fulgurant, ce produit suscite bien des interrogations suite à des dysfonctionnements de sécurité et une série d’accidents survenue à l’étranger. L’hoverboard sera-t-il bientôt mis aux oubliettes ?

A mi-chemin entre un gadget et un moyen de transport

Non pas une marque, l’hoverboard est un type d’appareil considéré comme un moyen de transport « doux », utilisant la technologie électrique pour se déplacer. Apparu dans un premier temps en Chine en 2014, quelques mois après, il fait son entrée aux Etats-Unis et en Europe.

L’hoverboard fait notamment fureur auprès des adolescents, des personnes souhaitant opter pour un moyen de transport électrique et certaines célébrités.

Utilisation hoverboard

Une réputation construite sur les réseaux sociaux

Le succès de cette planche ne dépend pas des médias traditionnels mais bien des réseaux sociaux. Elle a notamment rencontré un certain succès sur Vine où de nombreuses vidéos humoristiques ont fait le tour du web, aux Etats-Unis majoritairement.

En France, après un léger retard, les sites e-commerce les plus connus tels que la Fnac et Amazon en proposent à la vente, de revendeurs étrangers. La boutique Boulanger a fait le parti de proposer des hoverboards de la marque française Moovway.

Des failles de sécurité ?

Face à l’affût massif des hoverboards et par manque de contrôle, le Royaume-Uni les a notamment interdit de l’espace public, de même que certains campus universitaires californiens et la ville de New York. Qu’en est-il de la France ? Aucune législation n’a été votée pour l’instant, mais cela ne saurait tarder.

Certains produits possèdent de graves défauts de fabrication par exemple la combustion spontanée causée à cause de la batterie au lithium (matériau instable). Il est donc recommandé aux futurs acheteurs, de se méfier des hoverboards au prix trop bas et de vérifier les avis et les commentaires des internautes sur internet.

(Sources images : Dantess / Pio3 – Shutterstock.com)