Cela fait déjà plusieurs mois que de nombreux vidéastes travaillant sur la plateforme YouTube s’en plaignent : le système de monétisation, récemment changé par l’hébergeur, est devenu nettement plus stricte et contraignant que par le passé. Plus qu’un simple phénomène bloquant pour les jeunes créateurs, cela peut complètement entraver les plus anciens fidèles de la plateforme. Bien heureusement, de nouvelles dispositions voient le jour.

Qu’en est-il exactement de ce problème de monétisation ?

Un mot revient souvent lorsque ce problème est énoncé : la censure. Cela peut paraître difficile à imaginer ! C’est pour cela qu’il est important de comprendre ce qui se passe sur cette plateforme très prisée

La chaîne de Mamytwink, par exemple, a vu le jour en 2008. Proposant, tout d’abord, un mélange de défi sur des jeux-vidéos, le youtuber a ajouté à son activité de base des vidéos sur un thème historique, beaucoup plus sérieuses. Les propriétaires de la chaîne habitent la ville de Metz, en Moselle, et sont alors lancés dans l’exploration des nombreux forts de la région. Si l’exploration était, avant tout, un simple défi entre amis… Elle deviendra une véritable passion qui se retrouve régulièrement sur la chaîne. En plus de ces explorations, de nombreux points d’histoire sont alors évoqués afin de mieux comprendre le passé de la région ou des endroits qu’ils partent découvrir un peu partout en France.

Cependant, c’est bien là qu’un nouveau problème voit le jour. Difficile de parler de l’histoire d’une région ou de forts militaires sans évoquer la Première ou la Deuxième Guerre Mondiale et certains points très sombres de cette époque. C’est justement en citant certains mots en rapport avec ces périodes ou simplement en parlant de la guerre que des problèmes de monétisations apparaissent. Pour bien tout comprendre, mieux vaut simplement entendre directement les spécialistes de la plateforme en parler.

Que va apporter l’assistance du CNC ?

Le Centre National du cinéma et de l’image animée (CNC) débloque un financement plutôt conséquent de 2 millions d’euros par an afin de réaliser des contenus de meilleures qualités. Vous l’aurez compris, ces financements ne sont pas forcément destinés à des chaînes de jeux-vidéos ou à des tutoriels hasardeux.

Cependant, le CNC s’est déjà démarqué plusieurs fois sur YouTube. De nombreux vidéastes, mettant à cœur de faire découvrir l’histoire, ont déjà pu avoir affaire avec le centre. Ce dernier permet ainsi d’avoir certaines archives à disposition ou des partenariats intéressants. L’organisme s’implique ainsi beaucoup dans les jeunes talents afin de promouvoir l’histoire et la culture d’une manière originale. Le financement sera accordé pour certains projets après une validation sous une commission spécifique. Tous les contenus sont censés être autorisés, sauf le brand content. Il n’est donc pas possible de faire la promotion d’une marque en obtenant un financement du CNC… Et bien heureusement ! Bien que le financement soit très appréciable et un véritable coup de pouce pour de nombreux projets, ce dernier ne pourra cependant jamais remplacé une monétisation régulière et classique des vidéos pour les youtubers.