Il y a quelques mois maintenant sortait Google Home, une enceinte connectée dont vous pouvez voir la publicité un peu partout à la télévision ou sur internet. Le géant de Mountain View a rapidement cherché à se démarquer de la concurrence et notamment d’Amazon et de son assistant Alexa.

Pourquoi l’enceinte Google Home est-elle si intéressante ?

Difficile de passer à côté de la publicité de cet assistant de nos jours. Sur internet ou entre deux épisodes de votre feuilleton à la télévision, vous tomberez presque à coup sûr sur une de ces publicités. Si vous êtes loin d’être champion de scrabble, à vous les victoires faciles. Du moins, c’est que la publicité veut bien vous faire croire.

Plus sérieusement, les bons points de Google Home sont nombreux :

  • Une excellente reconnaissance vocale. Il est possible d’enregistrer jusqu’à six voix différentes. L’assistant pourra facilement adapter sa réponse en fonction de la personne… De quoi surprendre la première fois.
  • Une très bonne pertinence des réponses, à nuancer. En comparaison des autres assistants comme Cortana ou Siri par exemple, son taux de réponse est nettement supérieur (environ 70%) avec un très fort taux de réponses correctes (environ 90%). Certaines réponses restent assez approximatives, et des détails comme les horaires de votre restaurant préféré restent bien vagues.
  • Son design très épuré lui permet de s’intégrer facilement dans les décorations modernes. Google Home peut ainsi, assez aisément, trouver une place idéale sur votre table basse ou à côté de certains éléments d’une étagère.
  • Ses trois hauts parleurs sont, cependant, assez médiocres pour les grands amateurs de musique. Il sera assez compliqué de profiter des basses les plus profondes ou de certaines notes aigus. Cependant, l’enceinte propose tout de même un son de bonne qualité pour la plupart des musiques. Vous vous tournerez simplement vers un modèle de haute qualité si vous cherchez une expérience musicale au top.

Le sujet qui fâche avec Google Home : la vie privée

A peine la version mini de l’enceinte dévoilée que de nombreux scandales sont déjà présents sur internet. Présentés comme des bugs par Google, difficile de rester de marbre face à ces derniers. Lorsque quelqu’un fait l’acquisition d’un outil comme Google Home (ou Google Home Mini, évidemment), il est prêt à laisser le géant enregistré de nombreuses paroles afin d’affiner son profil. De ce fait, c’est Google qui récupère une tonne d’informations directement.

Ce point est à nuancer car, de nos jours, il est difficile de préserver certaines choses… Entre votre téléphone, les tablettes, ordinateurs et télévisions connectées, si un hacker ou une personne mal intentionnée vous veut du mal, elle n’a que l’embarras du choix. Cette enceinte rajoute une autre porte à côté de nombreuses déjà présentes… Mais il n’est pas encore possible de dire si c’est un problème de sécurité. Protéger sa vie privée reste un challenge du quotidien.

Le véritable problème, c’est l’enceinte Google Home Mini. Très attractive avec son petit prix de 60€, elle a rapidement fait fureur. Simplement, cette dernière avait la fâcheuse tendance à… S’allumer toute seule ? Autant dire que pour enregistrer à votre insu certaines paroles, c’était l’idéale. De plus, elle restait très évasive si vous lui demandiez ce dont il s’agissait. Un vrai bug ou une tentative malveillante ? Il faudra attendre encore quelque temps avant d’en savoir plus. Comme toujours, être prudent reste très important. Cet incident et cette omniprésence de l’informatique a de quoi relancer un grand débat sur la révolution numérique et sur la vie privée. Faut-il embrasser cette mode et profiter de ses bienfaits, être simplement prudent ou plus alarmiste comme Bernard Minier ?

« La révolution numérique était en train de bâtir, brique par brique, le rêve millénaire de toutes les dictatures : des citoyens sans vie privée, qui renonçaient d’eux-mêmes à leur liberté. » Bernard Minier